Le chauffage à énergie renouvelable


L’écologie est un enjeu mondial. Pour sa part, l’Union Européenne s’est fixé comme objectif d’augmenter le pourcentage des énergies renouvelables dans la consommation énergétique globale de 20 % jusqu’en 2020. Dans le secteur des chauffages domestiques, des innovations ont été opérées ces dernières années et les technologies à disposition sont économiques et écologiques.

Dans cette optique, il est donc primordial de se tourner vers ces dispositifs de chauffage innovants. La norme en vigueur, à savoir la RT 2012, implique à toute nouvelle ou ancienne construction d’appliquer une démarche d’économie d’énergie. Le chauffage à énergie renouvelable en fait partie intégrante.

1. Poêle à bois

Le poêle à bois est considéré comme étant l’un des systèmes de chauffage efficaces recommandés par la norme RT 2012. En France, le bois est la première source d’énergie renouvelable la plus utilisée. Ses avantages sont nombreux et non négligeables : abondance, disponible en tout temps, facile à renouveler, etc. Dans ce cas, lors du choix du bon poêle à bois, des critères sont à considérer : surface à chauffer, type d’appareil et l’usage de ce dernier (chauffage de base ou d’appoint).

Quels poêles à bois choisir ?

Chauffage de base

Pour utiliser un poêle à bois comme chauffage de base, il doit être raccordé au circuit de chauffage central du logement. Le modèle le plus couramment employé pour cet usage est le poêle à bois avec bouilleur. L’eau du circuit de chauffage passe dans un échangeur, se réchauffe et repart dans le circuit pour chauffer la maison et fournir l’eau chaude à ses occupants.

Par rapport à une chaudière au fioul ou au gaz, les économies de combustibles sont substantielles. En outre, la post combustion, équipant les poêles à bois actuels, leur confère un rendement allant jusqu’à 80 %. Son principe consiste à brûler les CO2 provenant de la première combustion pour économiser de l’énergie et limiter la pollution.

Chauffage d’appoint

Le poêle à bois est très intéressant en chauffage d’appoint. Le bois étant l’une des énergies les moins onéreuses du marché, recourir à un tel type d’appareil pour accompagner son chauffage central n’a que des avantages : il est à la fois économique et écologique.

Le modèle conseillé par les professionnels est le poêle à granulés équipé d’un réservoir et d’un dispositif le rendant autonome et programmable. Ainsi, il peut chauffer en continu, sans aucun ajout de combustible, pendant plus de 40 h.

En effet, les granulés, aussi appelés pellets, alimentent régulièrement le foyer, et cela, grâce à la programmation effectuée par l’utilisateur. De plus, la post-combustion garantit une économie d’énergie importante et peu d’émission de gaz.

Demandez un devis gratuit

Comment ça marche ?

  • 1

    Je décris mon projet en 5 minutes

  • 2

    Je reçois 3 devis gratuits et sans engagement

  • 3

    Je compare les prix et je contacte le meilleur pro

Quels poêles à bois pour quelle surface ?

Le choix d’un poêle à bois dépend bien entendu de son utilisation, mais aussi de la surface à chauffer. En partant du principe que 1 kW peut apporter de la chaleur à une superficie de 10 m², le poêle à bois à choisir est facilement déductible. En ce sens, pour une pièce de 50 m², un dispositif produisant 5 kW est suffisant. Cependant, l’emplacement de l’appareil est également un facteur jouant sur la dispersion de la chaleur. Une installation de manière stratégique est donc de mise.

Poêle à bois ou granulé ?

En chauffage central ou d’appoint, un poêle à bois est toujours efficace. Il existe en plusieurs modèles avec deux variantes de combustibles : la bûche et le granulé.

Le poêle à bûches utilise celles-ci pour produire une puissance allant de 3 à 20 kW. À l’instar des cheminées, le combustible est placé dans le foyer. Cependant, le système est plus complexe, car il comprend deux stades de combustion pour peu d’émission de CO2.

Pour ce qui est du poêle à granulés, le chauffage est assuré par des pellets mis dans un réservoir. Au moyen d’un dispositif automatique, ces petits combustibles alimentent petit à petit le foyer. En fonction de l’appareil et de son matériau, la puissance varie entre 4 et 21 kW.

2. La pompe à chaleur

Dans la catégorie des équipements de chauffage à énergie renouvelable, la pompe à chaleur possède une place importante. À première vue, le principe est simple puisque la PAC extrait l'énergie à l’extérieur du logement et l’y introduit à travers les radiateurs, le plancher chauffant ou le ventilateur convecteur.

Toutefois, la technologie est bien plus complexe. Un appareil thermodynamique retient la chaleur présente dans l’air (PAC air-air) ou l’eau (PAC air-eau), et la transfère dans la maison via un fluide frigorigène. Son avantage est sa réversibilité, c’est-à-dire, que la PAC peut à la fois réchauffer en hiver et rafraîchir en été. Elle propose également des performances pouvant chauffer l’eau sanitaire sans aucun chauffage d’appoint.

Laquelle choisir ?

Air ou eau

La PAC air-air n’implique pas l’installation d’un circuit de chauffage central, mais peut être utilisée en tant que système de climatisation lors des saisons chaudes. Néanmoins, en adoptant cette pompe à chaleur, aucun crédit d’impôt sur les travaux n’est attribué sans l’ajout d’un chauffage d’appoint (poêle à bois, radiateur électrique…).

Par contre, la PAC air-eau exige un branchement sur un système de chauffage central. Cependant, elle ne peut suffire à réchauffer un logement lors des saisons froides. L’apport en chaleur d’un autre dispositif de chauffe est donc conseillé. Parmi les modèles de pompe à chaleur de cette catégorie, seuls ceux qui ne peuvent faire office de climatiseur bénéficient du crédit d’impôt.

Piscine ou maison

La PAC air-eau est un dispositif convenant à la production de chaleur dans une maison. Mais, elle est aussi bien plus que cela du fait de sa capacité à chauffer l’eau, notamment pour l’usage domestique (douches et bains) ou la piscine. Une pompe à chaleur peut ainsi servir pour réchauffer à la fois les deux en faisant appel à un chauffagiste certifié pour réaliser les travaux de raccordement et de plomberie.

Cependant, pour des raisons économiques, l’utilisation de deux PAC, à savoir une pour la maison et une pour la piscine est plus avantageux, en particulier si celle-ci est chauffée toute l’année. Aussi, la gestion est plus simple en configurant le système de chauffage de cette manière.

Derniere mise à jour : 25/07/2017 04:27:01